Vitamines, minéraux, oligos…etc 1/2

Classé dans : Alimentation, diététique | 0

On en parle souvent, mais de quoi c’est fait ? Une synthèse non exhaustive. Mais gare aux dégradations !

pho_vitaminero
Les vitamines, minéraux, les oligo-éléments sont des associations moléculaires indispensables à l’organisme pour en assurer l’anabolisme (la création, la construction), le métabolisme (la transformation) et le catabolisme (la dégradation). Ils sont sources de VIE et pour la plupart, ne sont pas fabriqués par l’organisme.
Les lipides, glucides, protéines et les enzymes viennent en renfort dans cette énergie de VIE.
Dans le mot vitamine, il y a le mot : VITAL qui signifie VIE et AMINE qui signifie MOLECULE ORGANIQUE. Les vitamines sont de faible poids moléculaire, sans réelle valeur énergétique et sont indispensables à la croissance, à la reproduction et au fonctionnement de l’organisme mais ne sont pas fabriquées par ce dernier (sauf les vitamines D1, B8 et K).
Les vitamines B1,2,3,5,6,BC,12 et C sont hydrosolubles, elles se dissipent dans le sang et le trop plein est éjecté par les émonctoires.
Les vitamines A, D, E, F, K sont solubles dans les graisses, elles ont tout naturellement véhiculées par le système lymphatique et sont plus dédiées au renforcement de la membrane cellulaire.

Les minéraux, quant à eux, ont pour fonction les réactions métaboliques, la construction de la matière constitutive et ont pour rôle également d’être des messagers.
Le calcium, le phosphore, le potassium, le sodium, le soufre, le magnésium : l’organisme en a besoin de plus de 100 mg par jour.
Quant au chrome, au zinc, au fer, au sélénium, au bore, au cuivre, au manganèse, au molybdène, au vanadium, au cobalt, au fluor qui sont des oligo-élements, et à l’iode, le besoin de l’organisme est restreint à moins de 100 mg par jour. Aussi appelés : ions ou charges électriques.

Les oligo-éléments : oligo signifiant : Peu, ce sont des minéraux beaucoup plus faibles en poids moléculaire que les vitamines mais leur rôle est indispensable malgré tout. Ils ne sont pas synthétisables par l’organisme et sont catalyseurs c’est-à-dire associant et stimulants à la fois.

Les lipides sont insolubles dans l’eau. Ils constituent la réserve d’énergie. Ils sont aussi messagers pour le transport des vitamines A, D, E, K. Ils participent à l’imperméabilité de la membrane cellulaire et à l’élaboration hormonale.

Les glucides sont solubles dans l’eau. Glucide signifie : doux. On les appelle les hydrates de carbone et participent à la création de l’énergie et des protéines. Ils servent de carburant.

Les protéines : un groupement d’acides aminés forme des polypeptides et un groupement de polypeptides forme les protéines. Les protéines ont pour rôle la croissance, les renouvellement et les réparations. Ce sont des « constructeurs ». Elles interviennent aussi dans l’immunité.

Enfin, les enzymes aussi appelés diastases ou ferments sont aussi des associations d’acides aminés. Ils sont accélérateur des transformations, des catalyseurs, ils participent à l’anabolisme et à la croissance des cellules et au catabolisme cellulaire.

….

La ration alimentaire se situe, selon les différentes écoles :
– Protéine : 15 à 20 %
– Glucides : 15 à 20 %
– Lipides : 5 %
– Végétaux : 40 à 50 %
– Fruits : 10 à 15 %

Les vitamines de synthèses, qui sont des copies conforme des vitamines naturelles, sont souvent moins bien synthétisées par l’organisme qui en rejette une grande partie. Il est toujours souhaitable de prendre des vitamines naturelles, ayant déjà suivi le cycle du circuit végétal, et seront ainsi reconnues par l’organisme.

Une même molécule de vitamine peut être réutilisée souvent pour la même opération, du coup l’aspect quantitatif des vitamines est à nuancer.
Certaines vitamines peuvent avoir des effets toxiques si elles sont prises en trop grande quantité puisque l’organisme n’en élimine pas beaucoup ! Il n’y a guère que la vitamine C à se retrouver dans les urines en cas d’excès.

Toutes ces petites choses là sont aussi très sensibles à la chaleur, à la lumière, à l’humidité, à l’équilibre oxydo-réducteur et à l’équilibre acido-basique.

Selon une étude du Laboratoire Pharmaceutique Geigy de Suisse faite de 1996 à 2002, la perte des vitamines et minéraux étudiée sur certains légumes est en moyenne de… 56 %. Cela est du également à la qualité des terres appauvries, à la pollution, à la croissance accélérée, au stockage de longue durée, au transport…etc

TbloVitamines

Et depuis 2002 ? je vous laisse le soin de conclure à l’évaluation de la catastrophe !

En conclusion : mangez des légumes, fruits, céréales, viande et/ou poisson… FRAIS, BIO et LOCAUX !

Photo accueil : http://www.guide-nutrition.fr/nutrition/vitamines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *