Les violences sexuelles

Classé dans : Troubles | 0

Une hypothèse concernant le comportement de personnes victimes d’inceste, de violences sexuelles.
Sujet délicat pour lequel j’ai remarqué à plusieurs reprises une cause engendrant un effet, à moins que ce soit l’inverse !
Ces personnes sont souvent des personnes qui se sont engagées mais rapidement ne se sont plus impliquées dans leur engagement. Elles se sont rétractées en plein élan. Quel que soit le type d’engagement : un mission qui tient à cœur, un engagement social, sentimental et raison de plus quand il s’agit d’engagement ou de promesses sexuelles : il y a alors une certaine forme de castration. Et la « compensation » de la castration, son opposé, c’est… ?

En d’autres termes, au moment de l’engagement, au moins deux personnes se situent ensemble, pour un même but. L’une s’est retirée, s’est désengagée. Il y a eu donc vide entre les deux. La nature ayant horreur du vide demande un remplissage, une compensation. Comme la personne désengagée ne souhaite pas compenser, c’est donc l’autre qui vient le faire d’autant plus avec violence que le désengagement s’est fait brutalement et dans le mot violence, il y a « viol ».

L’engagement ET l’implication sont étroitement liés. Un engagement sans implication est synonyme d’une certaine forme de trahison, de coupure, de cassure, de retrait, de fermeture.
Même s’il y a eu toutes les bonnes raisons de ce retrait, de cet abandon de poste, face à ce comportement, d’autant plus violent qu’il soit dans le retrait, la pulsion retour de viol(ence) en sera d’autant plus grande. La personne ayant subit un viol a « aspiré » d’autant plus violemment la pulsion du viol que son acte de retrait ou de fermeture aura été brutal et fort. Dieu merci beaucoup de « castrés » savent se maîtriser.

Lire à ce sujet l’article : le comportement

En résumé : Amour, puis engagement, puis rétractation (violente), donc frustration voire castration, et un retour (violent) qui est une compensation pour une recherche d’équilibre. Le retour pouvant être suite à une démarche castratrice directe ou par une voie transgénérationnel, karmique etc…

Une castration ne se traduit pas spécialement sexuellement mais c’est toujours une coupure d’un élan.

Si l’hypothèse de dire que « la castration » peut engendrer « le viol », il est nécessaire de comprendre que la castration peut-être plus subtile que physique, elle peut-être mentale quand la personne freine l’autre dans ses élans d’expression par exemple, elle peut être émotionnelle quand il y a perpétuellement la non reconnaissance.

C’est le serpent qui se mord la queue. l’ouroboros : » – la continuelle répétition, qui trahit la prédominance d’une fondamentale pulsion de mort ». Selon le Dictionnaire des Symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant.

Dès que cette prise de conscience est établie et afin de couper ce cercle infernal pouvant se perpétuer longtemps, il s’agit alors de travailler l’opposé de ce manque d’implication, de cette façon de « castrer » et c’est : la confiance, le lien, l’ouverture, l’accueil d’élan de vie. Et le vrai élan de vie est un engagement depuis sa naissance puis une implication inconsciente dans le courant quotidien.

Pour faire l’avocat des victimes, de quel côté qu’elles soient, le seul Maître mot dans l’engagement ET l’implication, c’est l’AMOUR.
Le CŒUR est au milieu de tous les axes : vertical, latéral ou de profondeur, et à quel que niveau que ce soit : physique, émotionnel ou mental. L’engagement suivi de l’implication est valable pour tout cela.

L’engagement et l’implication fondées sur l’Amour sont des pulsions de VIE. Sans Amour : pas d’engagement, encore moins d’implication profonde. Une naissance désirée est source d’un bel engagement, d’une implication et où l’équilibre de la vie qui en suit n’aura pas besoin d’activer de violentes compensations.

Gardons la voie du milieu, autant que faire se peu !

…..

Source de l’image d’en-tête : www.initiadroit.com[/i]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *