L’Energie

Classé dans : Magnetisme | 0

Quelle est donc cette force invisible qui gère toute vie ? D’où vient-elle ? Peut-elle être génératrice de mal-être ? Peut-on la modifier ?

Si on regarde tant l’Univers macrocosmique que microcosmique, l’Energie est partout ! Tout se meut, tout se transforme, tout bouge sans que l’intelligence humaine aussi performante soit-elle intervienne dans le processus.
La Terre tourne autour du Soleil, elle tourne aussi sur elle-même. La ronde des astres est un ballet incontrôlable et l’Energie qui meut les planètes, sans qu’elles s’entrechoquent date de…la création de l’Univers, autant dire de la nuit des temps. Dans l’infiniment petit, il en est de même : les électrons tournent autour du noyau et sur eux-mêmes. La matière est vivante grâce à cette force qu’est l’Energie.
L’Energie de l’homme est donc directement liée à l’Energie « céleste » mais aussi terrestre, étant au milieu des deux ! L’homme est un fétu de paille dans l’immensité donc bien sensible, bien fragile et bien dépendant !
Regardons particulièrement de plus près, l’infiniment petit qu’est la structure moléculaire.

L’Energie du vivant, c’est entre autres : lumière, électricité, chaleur et magnétisme.

Une molécule est composée d’un noyau autour duquel tournent des électrons par couches.
Entre le noyau et les orbites, il y a un vide quoique cet ensemble soit imperceptible aux sens humains. Entre les électrons eux-mêmes, il y a une distance.
L’ensemble de la molécule est donc composé principalement de vide et c’est probablement de ce vide que vient l’Energie à moins que ce ne soit le vide qui soit Energie ou du moins les potentialités d’après la chimie quantique !

Les électrons sont une condensation de « grains » de lumière appelés photons. Selon le type de matière, chaque électron à une place précise dans une des couches orbitales et il y a à la fois une certaine quantité de couches et d’électrons par couche. Plus l’électron rejoint le noyau, ou autrement dit, plus il descend par une force centripète, plus il se débarrasse de son énergie, c’est à dire plus il se libère de photons et donc de lumière.
A contrario, plus il monte vers l’extérieur par une force centrifuge, plus il se charge de photons. L’Energie de la lumière se fait donc ainsi.photons
Mais tout n’étant pas permanent, dans certaines structures, surtout métalliques, il arrive qu’un électron « décide » de quitter la molécule. S’il retrouve une place chez la voisine et provoquant ainsi le principe des boules de billard : l’une prend la place de l’autre qui prend la place de la suivante qui elle-même prend la place de la suivante etc… alors c’est l’Energie du galvanisme autrement dit de l’électricité.
electricite

Les atomes peuvent ne pas retrouver de place dans la molécule voisine et former ce qu’on appelle des radicaux libres.

La matière a aussi et encore d’autres caractéristiques la chaleur.

La structure moléculaire d’une eau glacée montre que l’ordonnancement des molécules change. Elles sont beaucoup plus ordonnées, plus proches dans l’eau liquide que dans la glace.
glace
La vitesse de rotation des atomes augmentant, la molécule se dilate (probablement aussi) et s’éloigne aussi de sa molécule voisine.
eau

Les molécules d’eau sont liées par des sortes de « ressorts ». Plus ce « ressort » est tendu, plus il s’agit du passage de la glace à celui de l’eau et encore plus tendu au passage du stade de la vapeur.
vapeur
Dès que l’eau passe au stade de la vapeur, il y a rupture de ce « ressort ».

Alors pourquoi la glace prend-elle plus de place que l’eau ?

(Lorsque la glace se « gonfle » dans une bouteille trop remplie et mise au congélateur, celle-ci éclate sous le poids de la pression. Cela est dû au fait qu’il y a déformation de l’ordonnancement moléculaire sous l’effet du froid. Pour faire le parallèle, le cubes ne sont plus rangés correctement dans la boite mais déformés ce qui fait déborder le contenu du contenant par mauvais agencement.)

Le corps humain est ainsi : plus il vieillit, plus il se refroidit, plus il se contracte et plus il se déforme.

Enfin comme la terre tourne sur elle-même, les électrons tournent sur eux-mêmes tels des valseurs dans une salle. Cette force énergétique s’appelle le magnétisme.

magnetisme

…..

L' »énergie » de vieillissement de la matière est donc à la fois question de perte de lumière, de chaleur, d’électricité et de magnétisme. Ces énergies sont l’essence même de la vie. Les personnes âgées qui vieillissent mal perdent leur luminosité, deviennent ternes, grises, tristes par l’accentuation des radicaux libres. Elles perdent aussi de leur chaleur, se refroidissent au point d’être glacées à la mort. Quant à l’Energie électrique, cette dernière est bien souvent fort ralentie du fait d’un encrassement des liquides à travers desquels passent les informations électriques. (voir à ce sujet les travaux du biologiste Louis-Claude Vincent sur la résistivité des liquides : le Rô). Enfin, les personnes affaiblies ont souvent une couche énergétique bien plus fine qu’une personne en bonne santé.

Il y a donc transformation de l’Energie à moins que ce soit l’Energie elle-même qui soit LA transformation.

Mes ces énergies « matérielles » sont-elle les mêmes ou d’autres que l’énergie « immatérielle » des magnétiseurs ? Telle est la question. Ces Energies sont reliées à une énergie suprème, nous entourant jusqu’au fin fond de l’Univers. Chacun y apportant l’étiquette qu’il veut !

Ces Energies sont en perpétuel mouvement d’inspir-expir, de dilatation, rétractation, de déplacement, de rotation… Mais cette énergie est presque imperceptible et fragile.

Comment ressentir l’Energie ?

Les magnétiseurs le savent bien : en posant leurs mains sur un corps, ils ressentent une couche épaisse d’une dizaine de centimètres lorsque la personne est bien vitale. Cette couche se réduit à quelques centimètres en cas de forte lassitude. Egalement, si la personne s’endort durant la séance de magnétisme, la couche se diminue d’un coup au moment du passage dans le sommeil. Les ostéopathes sensibles ressentent également l’Energie du LCR (liquide céphalo-rachidien) de l’ordre de quatre impulsions à la minute (le quart des mouvements respiratoires qui eux-mêmes sont le quart des battements cardiaques).

Lorsque vous entrez dans une pièce, vous vous y sentez à l’aise ou pas. Votre vibration énergétique est au diapason ou pas. De même l’Energie dégagée par certaines personnes peut vous être nourricière ou dévitalisante. Il m’est arrivé bien des fois, en mission commerciale, d’être fatigué et d’avoir un client en face de moi en pleine forme. Au bout de quelques minutes, il se mettait à bailler, par contre j’étais en meilleure forme que lors de mon entrée dans son bureau. L’Energie se ressent et se transmet.

La nature est aussi pleine d’énergie. Les arbres ont la sève qui monte et descend dans le tronc. En pleine forêt, choisissez un bel arbre sain et placez-vous à quelques dizaines de centimètres en positionnant vos mains en surface de l’écorce. Après vous être centré, ressentez l’énergie de la montée et descente de la sève, comme de l’huile qui coule le long des bords d’un récipient, environ quatre à cinq inspir-expir par minute.

L’Energie peut-elle être néfaste ?

L’Energie est à la fois auto-mouvement et onde. Toute matière vivante dégage de l’énergie même si visuellement il y a inertie. Un choc quel qu’il soit dégage aussi de l’Energie. Sans que ce soit une explosion qui émet un souffle, un choc physique de deux éléments provoque une onde énergétique face à laquelle tout être vivant est sensible. Cela se traduit par un son, un rayon de lumière, un dégagement électrique ou de chaleur. Mais il existe aussi des dégagements brusques d’Energie qui déstabilisent un individu et qui déclenchent une forte émotion pouvant devenir invalidante. Comment un Etre vivant peut-il être déstabilisé par une onde énergétique qu’elle provienne d’un accident qu’il a vu arriver ou face à une parole incisive ? Comment se fait-il qu’un organe se crispe ou se dilate ou se sclérose suite à un choc émotionnel ?

Sans qu’il y ait contact physique, tout un chacun a vécu un jour, « les boules dans la gorge » :-« ça m’est resté en travers de la gorge ! » ne dit-on pas ? Combien de maladies se sont déclenchées suite au décès brusque d’un proche ? Combien de personnes pléthorisent suite à une éducation invalidante qui engendre régulièrement un malaise ? Certaines personnes, au contraire maigrissent brutalement suite à une déchirure sentimentale ou une brusque déstabilisation. Après à une grande déception, il y a le « nœud à l’estomac », qui bloque les fonctions digestives, crispe les muscles du bassin et la personne se retrouve avec une vertèbre dorsale qui glisse légèrement, engendrant une forte douleur et paralysie.

La réaction de chacun dépend de son tempérament c’est-à-dire de son adaptation avec son potentiel énergétique endocrinien ou nerveux en fonction des altérations héréditaires ou acquises.

Lors d’un choc émotionnel ou par effet répétitif, l’Energie est venue brusquement frapper à la porte, et ce tsunami a contrecarré l’Energie plus ou moins stable de l’individu qui l’a reçue.

Imaginez que régulièrement un petit caillou tombe sur la surface d’un lac calme. Les ondes sont douces, régulières, s’estompent avec la distance. Puis brusquement un gros caillou est jeté à proximité. Les ondes provoquées par ce gros caillou vont venir rejoindre les ondes du premier en les étouffant, les bloquant, les provoquant voire les faisant totalement disparaître.

Il en est de même entre les ondes énergétiques violentes qui viennent perturber les ondes énergétiques d’un individu calme et posé et les réactions de ce dernier peuvent ne pas être gérées, il y a alors perturbations des fonctions organiques. On voit alors apparaître des scléroses, des ulcères et autres déformations, creusements, gonflements de toutes sortes…

L’émotion vécue comme déstabilisante n’est que la gestion désordonnée consciente ou non d’un déséquilibre énergétique.

Comment l’Energie peut-elle désordonner le travail d’un organe ?

L’Energie de tout Etre vivant se situe dans les méandres du vide de l’infiniment petit, partout, dans tout son corps du plus profond de lui même jusqu’au bout de ses doigts et de ses cheveux. Certains magnétiseurs perçoivent cette Energie qui « transpire » du corps, qui émane de quelques centimètres (cette lumière bleutée des photons). C’est là une des premières couches de l’aura visible par l’effet Kirlian. Cette couche tient la matière. Sans elle le corps et ses fonctions vitales cessent de vivre.

Dans son ensemble, le corps est composé de systèmes, eux-mêmes composés d’organes, eux-mêmes composés des tissus, eux-mêmes composés de cellules, puis de molécules etc…

Chacun de ces morceaux vibre énergétiquement selon son rôle, plus ou moins finement.

Il existe des lieux bien spécifiques qui sont à la fois générateur, stockeur et émetteur d’énergie, de vie, ce sont, d’une part les glandes, pour la plupart exocrine ET endocrine, c’est-à-dire qu’elles émettent ET elles reçoivent un peu comme les antennes radio. Ces glandes-là ont des sensibilités différentes selon leur type ou selon les individus. Certaines sont en première ligne lors d’une arrivée brusque d’une Energie. Ce sont les glandes de la peau (elles réagissent immédiatement en redressant les poils ou en faisant transpirer pour refroidir le corps) et aussi la thyroïde et les surrénales. D’autre part, ces glandes émettent et reçoivent l’Energie via des « entonnoirs » appelés Chakras, ceux-là étant généralement situés au niveau des plexus, ces « ronds-points » nerveux. Les vibrations énergétiques se transmettent donc aux systèmes très rapidement par ces voies-là.

Prenons l’exemple d’une personne témoin d’un accident. Outre les réactions du cerveau qui va analyser en quelques millisecondes la pertinence de l’événement, le poids de l’implication de l’accident qui va ou non affecter la personne, quel potentiel a cette personne face aux conséquences, quelle signification est l’événement par rapport aux convictions, normes ou valeurs…il y a un choix rapide à faire : le combat ou la fuite ou encore la gestion naturelle qui est la voix du milieu. Dans tous les cas il doit y avoir une réponse adaptative très rapide : la SURVIE ou la vie en plus, plus. Car le choc entre la vibration enclenchée par l’accident et la vibration « équilibrée » de l’individu nécessite une adaptation : l’opposition ou l’union, les énergies n’étant pas en phase. La personne témoin a donc malgré elle changé sa vibration, donc son énergie. Il y a donc désorganisation vibratoire comme les ondes du petit caillou perturbées par celles du gros. De là découlent diverses réactions : la peur, la colère, le dégoût, la tristesse, le trouble…un changement énergétique vers la MORT. Mais si ce n’est pas un accident qui vient perturber notre individu mais un événement heureux : le coup de foudre par exemple, on voit alors la joie, l’ouverture, l’Amour, le désir… un changement énergétique vers la VIE.

Le changement énergétique amène ouverture ou fermeture, attirance ou rejet, crispation ou détente…

pho_vibration

A ce sujet, lisez également cet autre article sur  les radars.

Une fois que le système glandulaire est perturbé par une énergie morbide, le corps recherche une compensation car la vie est plus ou moins en danger. Les surrénales enclenchent l’adrénaline qui va accentuer le rythme cardiaque et la pression sanguine afin de faire face en urgence aux besoins. Mais cela demande plus de carburant donc plus de glucose. Cela entraîne également un besoin en insuline pour accentuer les métabolismes. Le cerveau, lui le grand gestionnaire, décide d’arrêter la digestion et les sécrétions car il y a urgence ailleurs. Dans tous les cas, il y a surproduction dans certains endroits et sous production dans d’autres, une façon de monopoliser les pompiers face à l’incendie mais ils ne peuvent être en même temps sur le lieu de l’accident à l’autre bout de la ville. Les organes sont alors extrêmement perturbés dans leur vibration, suite à la violence, aux ordres et contre-ordres, aux répétitions fatigantes.

Une fois que ces changements énergétiques rapides se sont calmés (ou pas d’ailleurs !), les informations hormonales continuent de se transmettre par voix sanguine et/ou nerveuse. Selon que l’individu soit plutôt sanguino-pléthorique, il aura un système endocrinien et sanguin résistant et la particularité de ce type de tempérament est l’aspect « éponge » c’est-à-dire qu’il va « pomper », multiplier, gonfler…Quant au tempérament neuro-arthritique, c’est la voie nerveuse qui sera dominante et résistante. La particularité de ce tempérament est qu’il agit en « pierre », qu’il contracte, qu’il durcit. Mais chacun des organes peut aussi avoir sa propre réaction selon sa faiblesse ou sa force.

On voit alors vite apparaître les troubles organiques à résultats différents malgré une source de l’émotion identique : un vide de rate bien connu de la Médecine Traditionnelle Chinoise, un foie induré ou des reins à énergie « creuse ».

Dans tous les cas les organes sont victimes d’une mémoire morbide.

Ça fonctionne à chaque fois ?

L’énergie est osmotique c’est-à-dire que le plus dense « nourrit » le moins dense. Mais il y a une condition de réceptivité : que le receveur accepte de recevoir, et pour cela qu’il soit dans la confiance, le lâcher-prise, l’ouverture. Cette condition n’est bien souvent présente QUE mentalement mais cela ne suffit pas. L’acceptation du recevoir jusqu’au fin fond cellulaire, sans crainte évite le blocage d’où la nécessité de détente auparavant. Le donneur ne force pas la porte mais propose le soin énergétique, les deux parties se doivent d’être en symbiose avant d’être en osmose.

Quoi faire pour rééquilibrer l’Energie ?

Les magnétiseurs ressentent les « creux ou les bosses énergétiques », les vibrations douces ou « électrisées », les désordres, les fuites de tout ordre, les vagues…L’imposition des mains, le regard, la présence peuvent suffire mais encore faut-il que le donneur soit bien « axé », bien vital aussi. Il devient alors intermédiaire entre « le Ciel » et la Terre. En outre, le donneur doit être dans une intention consciente, mais pas dans le pouvoir, être témoin sans vouloir être acteur, en un mot regarder avec ses mains et toucher avec ses yeux.

C’est se relier à l’axe vertical de l’Univers jusqu’à l’infiniment petit, jusqu’au supra sensible.

Mais il est une nécessité absolue pour faciliter cette dynamique énergétisante, c’est que l’imposition des mains doit être faite comme un acte d’AMOUR ! Là est la clé de la réussite.

Photo accueil :http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/dossiers/d/developpement-durable-energie-renouvelable-tour-horizon-836/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *